Anesthésie du chien

L'anesthésie est l’acte d’endormir un animal au moyen de médicaments avant une opération ou un examen. L'anesthésie permet de limiter le stress lié à certaines manipulations, par exemple une radiographie. En y associant l'administration d'analgésiques, elle permet de réaliser des actes chirurgicaux tout en évitant à l’animal de ressentir de la douleur.

Comment se déroule une anesthésie chez le chien ?

À l’arrivée en clinique, le vétérinaire procède habituellement à un examen général comprenant l’auscultation du cœur et des poumons. L'examen est parfois complété par une analyse de sang, une radiographie ou une échographie pour que le vétérinaire évalue les risques liés à l’anesthésie. L'anesthésie est adaptée au cas par cas pour chaque animal. Il est tenu compte de la race, de l'âge, du poids, de l'état général et des maladies éventuelles.
Avant l'anesthésie, on réalise une prémédication. Elle consiste à administrer un sédatif et un analgésique à l’animal. La préparation sédative préalable à la chirurgie est utilisée pour réduire le stress et les inquiétudes chez le chien et pour rendre l'anesthésie plus stable. Les analgésiques sont administrés afin de prévenir les sensations de douleur pendant et après la chirurgie. En général, le chien est prêt à être anesthésié, environ 30 minutes après la prémédication.
Le type de médicament anesthésique utilisé dépend, entre autres, de la procédure à suivre, de la race, de l'âge et des antécédents de l'animal. Pour induire l’anesthésie, le chien va recevoir l’anesthésique directement dans le sang via un cathéter veineux ou par injection intramusculaire.
Les chiens reçoivent généralement tout ou partie du traitement anesthésiant par le biais d'un cathéter placé dans un vaisseau sanguin de la patte.
Ce cathéter permettra d'administrer au besoin des liquides de réhydratation et des médicaments avant, pendant et après la chirurgie.

Le maintien de l’anesthésie se fait souvent par anesthésie gazeuse. C’est une technique anesthésique sûre et commune dans les hôpitaux et cliniques vétérinaires AniCura. Pour utiliser cette technique, l’animal sera intubé au moment de la phase d’induction.
Durant l’intervention, le chien inhale un gaz anesthésique mélangé à de l'oxygène / de l'air. L'anesthésie gazeuse est considérée comme une forme d'anesthésie douce puisque l'animal expire la plupart des gaz anesthésiques.

Après l'opération, l'apport d'anesthésiant est interrompu et l'animal peut respirer de l'oxygène jusqu'à son réveil.

Surveillance après l'anesthésie

Tout au long de l'anesthésie, un assistant vétérinaire, en collaboration avec le vétérinaire responsable, surveille attentivement la profondeur de l'anesthésie et le bien-être de l'animal. Les voies respiratoires, le pouls, la pression artérielle, l'oxygénation du sang et la température corporelle. L’assistant dispose d'un équipement de surveillance pour mesurer tous ces paramètres. La température corporelle est maintenue stable grâce à un coussin thermique sur lequel le chien est allongé et on lui administre une perfusion à température ambiante.

Réveil du chien après une anesthésie

Lorsque l’animal commence à se réveiller, le tube respiratoire est retiré et le chien est emmené dans la salle de récupération. Il y est surveillé de près jusqu'à ce qu'il soit complètement réveillé. Le réveil a lieu dans un environnement calme et chaud, où des contrôles réguliers de l'état général, du pouls, de la respiration et de la température corporelle sont effectués. Si cela s'avère nécessaire, le chien peut continuer à être hydraté au moyen d'une perfusion et en cas de douleur, il reçoit des analgésiques.

Lorsque le chien est réveillé

L’animal reste généralement hospitalisé jusqu'à ce que le vétérinaire estime qu'il peut rentrer chez lui. Les effets des produits anesthésiants peuvent persister même après le réveil. Le retour chez soi peut avoir lieu le jour de l’intervention, mais parfois une hospitalisation de plusieurs jours peut être nécessaire selon le type d'opération et l'anesthésique reçu.

Risques et complications liés à l'anesthésie

L'anesthésie comporte toujours un risque, même s'il est très réduit de nos jours. Pour un jeune chien en bonne santé, les risques liés à l'anesthésie sont très faibles. Dans le cas de chiens plus âgés, qui peuvent souffrir d'une maladie connue ou non, les risques augmentent tant en ce qui concerne l'anesthésie qu'en ce qui concerne la chirurgie.
La race, l'âge, la maladie et l'état médical du chien influent également sur le niveau de risque. C'est pourquoi une évaluation individuelle du protocole est faite avant chaque opération. Les risques doivent toujours être pris en considération, tout comme les bénéfices, avant d'anesthésier et d'opérer un chien.
Votre vétérinaire vous conseillera afin d’adapter au mieux les soins proposés à l’état général de votre animal.

Contactez un vétérinaire

Erreur

Une erreur s'est produite. Cette application ne peut plus répondre jusqu'à ce qu'elle soit rechargée.