Le service de médecine interne de la clinique AniCura Paris XI

La médecine interne vétérinaire regroupe différentes branches médicales, incluant la gastro-entérologie, la pneumologie, l’immunologie, l’hématologie, les maladies infectieuses, l’uro-néphrologie, l’endocrinologie, l’oncologie et les maladies neuro-musculaires.

Les maladies prises en charge au sein du service de médecine interne d’AniCura Paris XI

La gastroentérologie

Les chiens et les chats peuvent présenter des signes cliniques en lien avec une maladie digestive (et/ou de ses glandes annexes) parfois assez évocateurs (diarrhée, vomissements et/ou régurgitations) et parfois frustres (nausée, inconfort abdominal, salivation excessive, appétit « capricieux, etc). Quand ces symptômes deviennent chroniques (durant au moins depuis 10 à 15 jours, de façon intermittente ou continue) et ne répondent pas à un changement alimentaire et/ou à un traitement symptomatique, la réalisation d’examens complémentaires plus poussés est alors indiquée. Ces derniers incluent des examens de première intention (bilan sanguin et échographies abdominales, utiles à la fois à écarter des causes extra-digestives et aussi à localiser l’éventuelle atteinte digestive au sein du tube digestif et/ou de ses glandes annexes) et ceux de deuxième intention (endoscopie digestive, echo-contrastographie, cytoponctions et/ou biopsies d’organes internes, fluoroscopie, etc).

Des maladies aiguës peuvent aussi occasionnellement nécessiter la réalisation d’actes plus poussés, tels que le retrait d’un corps étranger œsophagien sous contrôle endoscopique par exemple.

Les actes proposés en gastroentérologie

  • Les bilans sanguins et urinaires
  • L’examen des selles
  • L’échographie et l’écho-contrastographie abdominales
  • Les radiographies abdominales
  • L’œsophagoscopie
  • La gastro-duodénoscopie
  • La coloscopie
  • Les biopsies digestives
  • Les cytoponctions échoguidées
  • Le scanner et l’angioscanner
  • Le retrait de corps étranger sous contrôle endoscopique
  • La dilatation des sténoses œsophagiennes
  • La transplantation fécale
  • La pose de sondes naso-gastrique, œsophagienne ou gastrique (« PEG »)

La pneumologie

Les maladies respiratoires sont des motifs fréquents de consultation en médecine vétérinaire. Tandis que les affections aigües (rhinite virale, « toux de chenil », trachéite traumatique) sont facilement reconnaissables et répondent rapidement aux traitements médicaux de première intention, les maladies chroniques présentent un défi diagnostique en raison d’une symptomatologie peu spécifique (une rhinite chronique se présentant sous la même forme clinique d’une tumeur ou d’une sténose naso-pharyngienne, par exemple) et souvent intermittente.

La réalisation d’examens complémentaires est alors souvent nécessaire en cas de maladies respiratoires chroniques, tels que l’endoscopie respiratoire avec examen du liquide de lavage broncho-alvéolaire (permettant de diagnostiquer avec certitude les maladies de la trachée, des bronches et des alvéoles, et quelle que soit leur cause), le scanner (permettant de diagnostiquer les maladies parenchymateuses et celle de l’interstitium pulmonaire), l’échographie cardiaque (utile à rechercher une hypertension artérielle pulmonaire), ou encore la rhinoscopie (qui, avec le scanner, représentent les seuls moyens pour pouvoir différencier une rhinite chronique immuno-allergique, d’une masse ou encore d’une sténose nasopharyngienne ou d’une maladie fongique).

Les actes proposés en pneumologie

  • Les bilans sanguins et urinaires
  • L’examen des selles
  • L’échographie thoracique
  • L’échographie cardiaque
  • Les radiographies thoraciques
  • Le scanner thoracique
  • Les cytoponctions/biopsies transthoraciques
  • La rhinoscopie
  • La trachéobronchoscopie
  • Le lavage bronchoalvéolaire
  • Les biopsies nasales et bronchiques
  • La pose de stent naso-pharyngien
  • La dilatation des sténoses naso-pharyngiennes

L’immunologie et l’hématologie

Les anémies, les thrombopénies, les cytopénies au sens large ou encore les polyarthrites sont des maladies fréquentes chez le chien et le chat adultes (moyenne d’âge d’environ cinq ans). Malgré des présentations cliniques souvent hyper-aigües, ces maladies sont fréquemment chroniques et associées à des complications graves (thromboembolie, syndrome d’inflammation systémique, sepsis, nécessité d’une transfusion sanguine, douleur intense, etc) lors de leur diagnostic. Dans ces cas, à la fois une prise en charge d’urgence et une hospitalisation sont nécessaires, couplées à une démarche diagnostique minutieuse et rapide pour la prescription d’un traitement spécifique.

Les actes proposés en immuno-hématologie

  • Les bilans sanguins et urinaires
  • Les cytoponctions articulaires
  • Les cytoponctions échoguidées d’organe
  • La ponction de liquide cérébrospinal
  • La ponction/biopsie de moelle osseuse et le myélogramme
  • Les transfusions sanguines et de produits apparentés
  • L’hospitalisation de l’animal en décompensation

Les maladies infectieuses

En raison de leur mode de vie (accès à l’extérieur, interaction avec d’autres animaux, voyage à l’étranger), les animaux de compagnie sont exposés à de nombreuses maladies infectieuses (et cela malgré un protocole de vaccination correcte, mais néanmoins non disponible pour toutes les maladies).

Certaines maladies infectieuses du chien et du chat peuvent être rapidement mortelles et nécessitent une prise en charge médicale (plus rarement chirurgicale) d’urgence. Parmi ces maladies infectieuses graves, on peut nommer la leptospirose, la parvovirose (ou « thyphus »), l’endocardite bactérienne, la dirofilariose ou la leishmaniose en phase décompensée, la piroplasmose, l’anaplasmose, l’angiostrongylose, sans que cette liste soit exhaustive.

Les actes proposés en infectiologie

  • Les bilans sanguins et urinaires
  • Les cytoponctions échoguidées d’organe
  • L’examen des selles
  • La recherche des agents pathogène au chevet de l’animal
  • L’hospitalisation de l’animal contagieux

L’uro-néphrologie

Les maladies du tractus urinaire sont fréquemment rencontrées en médecine vétérinaire, incluant à titre d’exemple les glomérulonéphrites chez le chien, les calculs urétéraux chez le chat ou encore les anomalies de développement chez les jeunes animaux.

Malgré un diagnostic souvent aisé grâce à l’utilisation de l’analyse sanguine, de celle urinaire et de l’échographie abdominale, la recherche de la cause ayant induit une maladie rénale ou de la localisation de l’anomalie urinaire sont plus difficiles et demandent la réalisation d’examens complémentaires plus poussés, pouvant inclure un uro-scanner, des biopsies rénales ou encore la recherche de maladie infectieuses sous-cliniques ou non récentes.   

Les actes proposés en uro-néphrologie

  • La mesure de la pression artérielle
  • Les bilans sanguins et urinaires
  • L’échographie et l’écho-contrastographie abdominales
  • Les radiographies abdominales
  • Le scanner et l’uro-scanner
  • L’endoscopie urinaire
  • Les biopsies uro-génitales sous contrôle endoscopique
  • Les cytoponctions échoguidées
  • La pose de stent urétraux
  • Les injections d’acide hyaluronique pour les incompétences sphinctériennes chez la chienne
  • La mise en place et suivi des appareils de dérivation pyélo-vésical (« SUB »)

L’endocrinologie

Les maladies hormonales sont de plus en plus fréquentes chez nos animaux de compagnies, certaines en lien avec l'espèce et l’âge (comme l’hyperthyroïdie chez le chat de plus de sept ans, ou le syndrome de Cushing chez le chien), tandis que d’autres pouvant survenir chez n’importe quel animal et à tout âge (comme le diabète sucré).

Le diagnostic des maladies hormonales est parfois difficile et délicat, en raison du dysfonctionnement de plusieurs glandes et du manque de sensibilité des tests à notre disposition. De ce fait, la démarche diagnostique en endocrinologie vétérinaire est très variable, certaines maladies pouvant être décelées simplement sur la base d’une analyse sanguine et d’une analyse urinaire, alors que d’autres peuvent demander la réalisation d’un scanner (voire de cytoponctions/biopsies d’organes internes).

Le suivi de ces maladies est également parfois compliqué, car le but du traitement est celui d’équilibrer une balance devenue instable et très sensible à la présence d’autres comorbidités et/ou de traitements nécessaires pour les comorbidités.

Les actes proposés en endocrinologie

  • Les bilans sanguins et urinaires
  • L’échographie et l’écho-contrastographie abdominales
  • Le scanner
  • Les cytoponctions/biopsies échoguidées
  • Les tests endocriniens
  • La pose de l’holter glycémique avec suivi de la glycémie à domicile

L’oncologie

En raison d’une espérance de vie de plus en plus longue chez les animaux domestiques, des cancers malins sont fréquemment (et malheureusement) diagnostiqués. Selon le type de cancer, le diagnostic peut être rapide (exemple d’une masse cutanée maligne) ou extrêmement complexe (exemples des tumeurs infiltrantes, des masses des glandes surrénales ou des masses intracrâniennes). De plus, la prise en charge thérapeutique est très variable, pouvant aller de la chirurgie curative aux soins palliatifs, tout en passant par la nécessité d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie.

Les actes proposés en oncologie

  • Les bilans sanguins et urinaires
  • L’échographie et l’écho-contrastographie abdominales
  • Le scanner et le bilan d’extension
  • Les cytoponctions/biopsies échoguidées et chirurgicales
  • La chimiothérapie (métronomique, intraveineuse, locale)
  • Les soins palliatifs

Est-ce que cet article vous a aidé ?

Donnez-nous votre avis. Vos retours sont essentiels.

Merci!

Nous apprécions votre aide

Le spécialiste en médecine interne de la clinique

Erreur

Une erreur est survenue. Cette page ne répondra surement plus jusqu'à ce qu'elle soit rechargée.