service d

Consultation spécialisée en oncologie

Les consultations en oncologie à la clinique AniCura TRIOVet sont assurées par le spécialiste Dr. Vet. Floch.

Oncologie vétérinaire à Rennes

L'évolution de la cancérologie vétérinaire

En effet, davantage de chiens ou de chats sont diagnostiqués avec une tumeur, d’une part parce qu’ils partagent le même environnement que leurs propriétaires et sont donc exposés aux mêmes facteurs de risque qu’eux, et d’autre part car nous sommes à même de mieux diagnostiquer ces tumeurs, de façon plus précoce, sur des animaux qui vivent de plus en plus longtemps.

En parallèle, la demande est grandissante de la part des propriétaires, et nous nous devons en tant que professionnels de la santé vétérinaire, de répondre à leurs attentes, avec des soins de qualité, des innovations diagnostiques et thérapeutiques permanentes, et le développement d’un service spécialisé permettant d’accompagner ces animaux et leurs propriétaires dans la maladie.

Que propose AniCura TRIOVet ?

Clinique vétérinaire spécialisée en cancérologie à Rennes

AniCura TRIOVet propose donc un service dédié à la prise en charge des animaux de compagnie présentant un cancer, ou pour lesquels une suspicion de tumeur est élevée. Une consultation spécialisée en oncologie est ouverte au sein de nos locaux à Rennes, afin de pouvoir recevoir les propriétaires et leurs animaux dans les meilleures conditions possibles. Chaque consultation initiale de cancérologie prend du temps, et dure en moyenne de 45 à 60 minutes.

La consultation de cancérologie

Cette consultation vise à atteindre différents objectifs.

En quoi consiste le diagnostic ? 

Concernant l'oncologie chez le chien et le chat, la démarche diagnostique est assez standardisée en oncologie vétérinaire, et repose sur 3 points essentiels, systématiquement abordés en consultation spécialisée avec les propriétaires.

Le diagnostic morphologique

Premièrement, il convient d’établir un diagnostic morphologique du cancer, reposant soit sur la réalisation de cytoponctions en vue d’un examen cytologique, soit sur la réalisation de biopsies en vue d’un examen histopathologique. Autour de ces notions de diagnostic morphologique peuvent s’articuler les notions de facteurs pronostiques favorables ou défavorables, de marqueur ou biomarqueur tumoral, d’examen immunocyto- ou immunohistochimique, etc.

La détermination du stade clinique

Deuxièmement, en cas de confirmation d’un processus tumoral, il convient de déterminer le stade clinique de la maladie, avec la réalisation d’un bilan d’extension local, régional et à distance. Nous avons en général recours dans ce contexte à l’imagerie médicale (radiographies, échographie, scanner, IRM), et également aux cytoponctions (d’un nœud lymphatique, d’un organe profond, d’un nodule suspect…).

Le choix de l'approche thérapeutique

Troisièmement et dernièrement, nous intégrons l’ensemble des informations recueillies dans le contexte particulier du chien ou du chat concerné, en tenant compte de son âge, de sa race, de ses éventuelles maladies intercurrentes, de ses antécédents, de son état de santé global, et des souhaits de ses propriétaires, afin d’adapter notre discours et de personnaliser notre approche.

Le traitement du cancer chez le chat et le chien

L’étape suivante consiste tout naturellement à aborder en consultation le traitement du cancer. Cette étape est parfois délicate, car il n’existe pas un traitement standard et unique pour chacun des types de cancer pouvant être rencontré en oncologie vétérinaire, et, à nouveau, notre approche doit être personnalisée et adaptée. Nous proposons dans la mesure du possible ce qui semble représenter le traitement de choix ou optimal, mais également des alternatives thérapeutiques lorsque nous en avons la possibilité. Sont alors successivement abordés les modalités thérapeutiques, la façon dont elles sont mises en place, les contraintes pour le chien ou le chat et pour ses propriétaires, leur toxicité potentielle, leur coût, et les résultats à en attendre. La décision finale de traiter ou non, et de la ou des modalités thérapeutiques retenues, reviendra toujours aux propriétaires.

Les modalités thérapeutiques en oncologie vétérinaire

En oncologie, trois grandes modalités thérapeutiques sont régulièrement utilisées et proposées. Elles peuvent être utilisées soit de façon isolée, ou alors en association les unes avec les autres, ou encore de façon concomitante ou séquentielle dans le temps.

Il s’agit de :

Au sein d'AniCura TRIOVet à Rennes, nous serons à même de pouvoir proposer dans un premier temps une prise en charge par chirurgie et par traitement médical du chien et du chat. La radiothérapie, nécessitant un plateau technique spécifique et très pointu, ne sera pas disponible à AniCura TRIOVet, mais nous pourrons la proposer si nécessaire par l’intermédiaire de partenariats établis avec d’autres centres vétérinaires français équipés.

Les traitements médicaux anticancéreux en clinique à Rennes

La chimiothérapie cytotoxique chez le chien et le chat

Parmi les traitements médicaux anticancéreux, la chimiothérapie cytotoxique reste la mieux connue et très utilisée et indiquée, mais elle ne représente qu’une petite partie des traitements médicaux disponibles. Cette chimiothérapie cytotoxique s’administre à dose maximale tolérée, à intervalles de temps réguliers selon un protocole établi et publié, en structure vétérinaire, sans anesthésie nécessaire le plus souvent, et implique une hospitalisation réglementaire de 24 heures après chaque séance conformément à la législation en vigueur en France depuis 2009.

Elle s’administre le plus souvent par voie intraveineuse stricte, mais d’autres voies d’administration sont possibles (intra-artérielle, intra-cavitaire, intra-tumorale, intra-thécale, sous-cutanée…). Elle est principalement indiquée lors de tumeur très chimiosensible (lymphomes de haut grade notamment) ou lors de tumeur à fort risque métastatique (hémangiosarcomes, ostéosarcomes, carcinomes mammaires…).

Les effets secondaires sont heureusement beaucoup moins fréquents et sévères qu’en médecine humaine, sont en général transitoires et réversibles en quelques jours, et concernent environ 30 à 40% des chiens et chats traités.

L'électrochimiothérapie chez le chien et le chat

L’électrochimiothérapie implique l’administration intraveineuse ou intra-tumorale directe d’un agent anticancéreux particulier, puis, sous anesthésie générale de courte durée, l’application à l’aide d’électrodes de contact d’impulsions électriques afin de permettre la pénétration de l’agent anticancéreux dans les cellules tumorales, afin d’y exercer leur action. Cette modalité thérapeutique est donc principalement indiquée pour le traitement de tumeurs cutanées superficielles (carcinomes épidermoïdes, mastocytomes, sarcomes, tumeurs périanales…), avec le plus souvent la réalisation de 2 séances espacées de 7 à 14 jours.

Les effets secondaires sont locaux (œdème, rougeur, gonflement, inflammation), transitoires et réversibles en quelques jours avec un traitement de soutien adéquat.

L'immunothérapie

L’immunothérapie, quant à elle, est une modalité thérapeutique visant à interagir avec le propre système immunitaire du patient, afin de stimuler et de solliciter une immunité anti-tumorale. Elle est d’apparition récente en oncologie vétérinaire, et donc encore balbutiante, mais constitue très probablement une technique d’avenir prometteuse. Une immunothérapie n’est jamais utilisée seule comme modalité thérapeutique anticancéreuse, et doit être associée à d’autres traitements.

A ce jour, une immunothérapie est disponible en oncologie vétérinaire dans l’indication des mélanomes malins de la cavité buccale et lymphomes multicentriques de haut grade chez le chien, et des sarcomes félins sur site d’injection. Elle s’administre sous forme d’injections sous-cutanées ou intradermiques, comme de simples vaccins, à la faveur d’une visite de courte durée, sans anesthésie requise, ni hospitalisation.

Les traitements médicaux anticancéreux à domicile

La chimiothérapie métronomique chez le chien et le chat

En parallèle de ces traitements se réalisant en clinique vétérinaire à Rennes, d’autres traitements peuvent se réaliser directement au domicile des propriétaires, sous forme de comprimés ou de gélules à administrer par voie orale, en portant des gants. C’est notamment le cas de la chimiothérapie métronomique, qui repose sur l’administration quotidienne d’un agent anticancéreux à faible dose, avec ainsi des propriétés immunostimulantes et antiangiogéniques, entre autres. Cette modalité thérapeutique est bien évidemment très intéressante pour les propriétaires, car elle évite une hospitalisation obligatoire pour leur animal, mais elle reconnaît des indications très particulières, et ne peut en rien se substituer intégralement à la chimiothérapie cytotoxique ou conventionnelle. Elle est associée à un risque d’effets secondaires très faible, et s’administre le plus souvent sur le long terme (plusieurs mois à années).

Les thérapies ciblées

Les thérapies ciblées s’administrent également par voie orale au domicile des propriétaires. On retiendra entre autres, dans cette classe thérapeutique, les inhibiteurs des récepteurs à activité tyrosine kinase (ITK) et les inhibiteurs de la cyclooxygénase-2 (anti-COX2). Tout comme la chimiothérapie métronomique, ces traitements sont prescrits et indiqués dans des circonstances bien spécifiques, telles que les mastocytomes cutanés de haut grade chez le chien, les carcinomes vésicaux ou mammaires… Notre expérience clinique et les données de la littérature scientifique permettent aujourd’hui d’affirmer que ces thérapies ciblées sont indiquées dans un nombre croissant de types tumoraux, et que davantage d’animaux peuvent donc en bénéficier.

Bien qu’elles s’administrent au domicile des propriétaires, elles nécessitent un suivi clinique et biologique régulier, afin de s’assurer de la bonne tolérance du traitement, et de son efficacité.

Une approche personnalisée et intégrative

Quelle que soit l’approche thérapeutique retenue et mise en place, elle doit être personnalisée et intégrée au contexte spécifique de l’animal suivi. Ainsi, deux animaux présentant la même tumeur de même stade clinique pourront être pris en charge différemment. Outre ces traitements anticancéreux conventionnels, nous sommes de plus en plus sensibilisés aux thérapies alternatives ou complémentaires (phytothérapie, mycothérapie…), à l’approche nutritionnelle du cancer, à la prise en charge de la douleur et des éventuels effets secondaires, à la place de la rééducation fonctionnelle, rendant ainsi notre prise en charge thérapeutique davantage personnalisée, et plaçant ainsi la qualité de vie de l’animal traité au cœur de nos préoccupations.

Pour conclure, le cancer doit être considéré comme une maladie chronique, au même titre qu’une cardiopathie, qu’une dysendocrinie, qu’une maladie rénale chronique, ou encore qu’une maladie auto-immune. Face aux innovations diagnostiques et thérapeutiques constantes et à la demande grandissante de la part des propriétaires, nous nous devons d’accompagner ces animaux de notre mieux, en accordant toujours la priorité à la qualité de vie et en privilégiant une prise en charge thérapeutique multimodale et personnalisée.