Qualité et antibiotiques

Améliorer la santé, tant pour les animaux que pour les humains

La qualité médicale et la sécurité des patients est notre contribution la plus importante à la société. A travers notre travail, nous améliorons la santé en général. Bien sûr, nous nous concentrons principalement sur les animaux de compagnie mais par ricochet notre activité a des répercussions sur la santé humaine. Dans le but d’améliorer constamment la qualité médicale, nous avons développé notre propre programme qualité. A travers ce programme, nous offrons une structure et un support à nos cliniques. Nous nous assurons également que les bonnes idées et les enseignements importants se diffusent au travers de l’organisation.

Un des aspects essentiels concernant la sécurité des patients concerne l’utilisation modérée des antibiotiques. Il est aujourd’hui connu de tous que les bactéries antibio-résistantes constituent l’une des plus sérieuses menaces mondiales en matière de santé humaine et animale. Une surconsommation d’antibiotiques accélère la propagation des bactéries résistantes. C’est la raison pour laquelle réduire la quantité d’antibiotiques consommés est devenu un véritable défi au niveau de la planète. En travaillant sérieusement sur ce point, nous avons réduit notre consommation d'antibiotiques deux années de suite. Dans certaines cliniques, nous avons même atteint une réduction de 40%. Avec votre aide, en tant que propriétaires d’animaux de compagnie et grâce à des soins préventifs plus efficaces, une meilleure hygiène et de meilleurs soins des plaies cutanées, nous serons capables d’atteindre notre objectif de diviser par deux notre consommation d’antibiotiques d’ici à fin 2030.

Rapport Qualité AniCura
AniCura a développé le programme qualité le plus complet de l’industrie vétérinaire. En savoir plus en lisant notre rapport de Qualité et développement durable 2018.
Les antibiotiques au sein d'AniCura
Plus de la moitié de nos cliniques ont réduit leur consommation non essentielle d’antibiotiques en 2018.
• Notre objectif est de diviser par deux notre consommation d’antibiotiques d’ici à 2030.
• En 2018, nous avons travaillé sur l’amélioration de l’hygiène des mains et réduit le taux d’infection dans nos cliniques.