Morsure de serpent chez le chien

Morsure de serpent chez le chien

Pendant les saisons chaudes, les morsures de serpent sont fréquentes chez le chien. La plupart des morsures par des serpents se produisent entre avril et novembre. Le chien se fait surtout mordre au visage ou sur les pattes avant. Les effets généraux sont plus graves et sérieux chez le chien mordu sur une patte comparé à une morsure sur le nez.

Lorsque la vipère mord, elle injecte en même temps son venin. La réaction après une morsure de vipère varie fortement en fonction de la qualité de venin injecté. Il arrive parfois que la vipère morde sans injecté de venin. A d’autres moments en revanche, la quantité de venin injecté est importante. Le venin de la vipère provoque essentiellement une destruction musculaire et une perturbation de la coagulation (trouble de la capacité de coagulation).

La morsure est visible sur la peau sous la forme de deux petits trous ou de points côte à côte. Si la morsure est accompagnée d’une injection de venin, un gonflement important et souvent rouge-bleu est visible autour de la morsure. Ce gonflement peut s’étendre dans la partie du corps atteinte sur une plus large zone.

La plupart des chiens mordus par un serpent sont très affectés. Le venin de la vipère peut engendrer des blessures très graves.

Quels sont les symptômes d'une morsure de serpent chez le chien ?

Une morsure de serpent grave produit un gonflement douloureux qui s’agrandit d’heure en heure et une douleur vive survient un ou deux jours après. Le chien est souvent fatigué dans l’heure même qui suit la morsure.

Les symptômes peuvent être une boiterie et une douleur aiguës. Il est extrêmement rare que les voies respiratoires soient touchées et que le chien ait du mal à respirer. Le venin peut endommager les vaisseaux sanguins, causer une baisse de tension, des vertiges, une apathie, des troubles cardiaques et une perte de conscience. Le chien peut être en état de choc.

Que peut-on faire soi-même ?

Le chien doit rester tranquille et se reposer, car le venin se répand plus vite avec l’activité musculaire. Il faut porter un petit chien, mais si possible aussi éviter qu’un grand chien ne se déplace tout seul. La morsure ne doit pas être aspirée ou refroidie et la circulation ne doit pas être coupée.

La cortisone n’est plus administrée de manière générale pour traiter une morsure de serpent. Pour un long trajet, la cortisone peut être administrée pour réduire la douleur. L’avantage est que le chien souffrira moins pendant le trajet, mais l’inconvénient est qu’il augmente sa mobilité. La cortisone n’est pas un traitement contre la morsure de serpent et un vétérinaire doit toujours être consulté dès que possible.

Quand consulter un vétérinaire ?

Le chien doit toujours être vu par un vétérinaire, et ce dès que possible après la morsure. Ce dernier examinera la morsure ainsi que le gonflement et la douleur du chien. Cet examen lui permettra de poser un diagnostic.

Traitement chez le vétérinaire

Si l’état général du chien est affecté et si le gonflement est important, il restera hospitalisé. Le traitement consiste à garder le chien immobile, à maintenir la circulation et la tension et à réduire la douleur. Pour traiter un chien en état de choc sérieux, on administre du sang ou du plasma pour augmenter le volume du sang.

En raison de la douleur pouvant être causée par la morsure d’un serpent, elle est souvent traitée avec un analgésique. Un traitement intensif peut parfois inclure un sérum anti-venimeux. Plusieurs prises de sang sont effectuées pour vérifier l’état du sang du chien et pour contrôler la capacité de coagulation du sang. Les antibiotiques sont très rarement utilisés en cas de morsure de serpent.

Suivi post-traitement

La durée de la guérison après une morsure de serpent varie de plusieurs jours à plusieurs mois. Le chien doit éviter tout exercice physique pendant les 15 premiers jours qui suivent la morsure. Il est conseillé de revenir chez le vétérinaire après 15 jours. Il effectue alors un nouvel examen, souvent avec une prise de sang de suivi. Des complications tardives peuvent se produire sous la forme de troubles du rythme cardiaque ou d'effets sur les organes internes tels que les reins ou le foie.

Vipère péliade (Vipera berus)

La vipère est le seul serpent venimeux en France. La vipère péliade est surtout présente dans la moitié nord du pays et la vipère aspic dans la moitié sud. Le venin du serpent contient un mélange d’enzymes qui causent une blessure autour de la morsure et qui détruit les globules rouges. Lorsqu’une vipère mord, elle module la quantité de venin selon la situation. Un tiers des morsures sont des morsures défensives, c’est-à-dire sans venin. La gravité de la morsure dépend de plusieurs facteurs tels que son emplacement, le poids de l’animal, l’âge et la taille du serpent et la qualité du venin.

La vipère mesure en moyenne 50 cm de long et la femelle est plus grande que le mâle. La partie inférieure du serpent est grise, marron ou marron-rouge. La plupart des vipéridés ont une tête large et plate, des pupilles verticales et un motif foncé en zig-zag clairement visible sur le dos. La marque sur le dos peut être droite ou composée de tâches triangulaires ou être moins visible voire totalement absente. Le serpent peut être entièrement noir et difficile à distinguer d’une couleuvre noire.

Le serpent est un animal à sang froid et sa température corporelle dépend du milieu dans lequel il se trouve. L’hiver, il hiberne dans un lieu à l’abri du gel. La vipère quitte son abri en mars-avril. Les premiers mois après l’hiver, elle reste au soleil pour préparer sa mue et la période d’accouplement. Puis elle commence à chasser pour se nourrir. La vipère se nourrit surtout de campagnols et de grenouilles et se trouve là où se trouvent ce type d'animaux, dans les terres cultivées et les fossés.

La vipère a des glandes venimeuses reliées par de petits canaux qui alimentent les deux crochets sur la mâchoire supérieure. Le venin contient plusieurs ingrédients, avec notamment des effets neurotoxiques qui paralysent la proie et des enzymes qui facilitent la destruction des tissus. Le venin est utilisé lorsque le serpent chasse. En situation de défense, le serpent tente parfois de se dresser et de siffler. Sa réaction suivante va être de mordre avec ses crochets, mais sans transmettre du venin. Le serpent n'injecte normalement du venin que lorsqu'il se sent menacé ou si on lui marche dessus et qu’il ne trouve aucune autre solution. La puissance du venin varie selon l’âge et la taille du serpent. La quantité injectée dépend de la durée écoulée entre la morsure et la dernière fois que le serpent a vidé ses glandes à venin.

Le serpent aime les endroits chauds, dans les herbes hautes, les tas de feuilles, le compost, sous les bâtiments et dans les fondations des maisons. Un jardin avec une pelouse bien tondue et sans coins sombres ni trous n’est ni un lieu accueillant ni intéressant pour le serpent. En France, toutes les espèces de serpents sont protégées par la loi.