Métrite chez le chien pyomètre

Métrite chez le chien (pyomètre)

La métrite est une infection utérine causée par une perturbation hormonale et touchant surtout les chiennes non stérilisées d’âge moyen.

Le terme pyomètre vient du mot pyo-, du grec ancien πῦον (puon) « pus » et -mètre, du grec ancien μήτρα (metra) « matrice », car cette maladie engendre un utérus dilaté et rempli de pus. La version moins grave de la métrite est l’endométrite.

Cause de la métrite chez le chien

Malgré les recherches, il existe encore beaucoup d’incertitude sur les causes de la métrite. Les hormones et les bactéries contribuent au développement de la maladie.

Pendant les chaleurs, l’utérus s’ouvre et les bactéries peuvent y entrer.

Certaines chiennes, lors des changements hormonaux liés aux chaleurs, sont plus sensibles aux infections. Lorsque l’utérus se ferme après les chaleurs, les bactéries y sont enfermées et peuvent causer une inflammation.

Quelles chiennes sont touchées par la métrite ?

La métrite se produit surtout chez les chiennes d’âge moyen et âgées. Dans de rares cas, elle se manifeste aussi chez des chiennes plus jeunes. Les symptômes apparaissent entre quelques semaines et quelques mois avec les chaleurs, pendant la phase lutéale (métœstrus/diœstrus).

La métrite est plus fréquente chez certaines races. La raison repose sans doute sur les facteurs héréditaires qui déterminent si une chienne est concernée.

Certains traitements hormonaux peuvent augmenter le risque de souffrir d’une métrite.

Symptômes de la métrite chez le chien

Dans les cas de pyomètre à col ouvert, le col de l’utérus est ouvert et du pus rouge brunâtre et nauséabond s’écoule de la vulve. Les écoulements apparaissent parfois quelques semaines après les chaleurs et le propriétaire de l'animal peut penser que les chaleurs se poursuivent. Les écoulements peuvent être tellement légers que le seul symptôme visible est que la chienne se lèche souvent.

Avec le pyomètre à col fermé, le col de l’utérus est fermé et aucun écoulement n’est visible. Le pus ne peut pas s’écouler, l’utérus s’agrandit et se remplit.

D’autres symptômes fréquents sont une plus grande soif, une augmentation des mictions et un état général dégradé. Certaines chiennes peuvent avoir moins d’appétit, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs abdominales et un abdomen dilaté. Par la suite, elle peut avoir de la fièvre ou une hypothermie, une respiration rapide et un rythme cardiaque accéléré. Parfois, les seuls symptômes d’une métrite visibles par le maître sont une boiterie ou une rigidité des pattes arrière.

La métrite peut rapidement devenir très sérieuse. Si la chienne n’est pas prise en charge rapidement, l’utérus risque d’éclater ce qui peut causer une septicémie et le décès.

Quand consulter un vétérinaire ?

Si l’un des symptômes décrits ci-dessus se produit, il faut contacter un vétérinaire. Il est important de se souvenir que certaines chiennes ne vont présenter qu’un ou deux symptômes parmi ceux cités, mais être gravement malades. Toutes les chiennes qui ont quelques années et qui ont eu des chaleurs relativement récentes (dans les mois qui précèdent), doivent faire l’objet d’un examen pour une métrite si elles ont un comportement inhabituel sans raison apparente.

Diagnostic

Pour établir le diagnostic d’une métrite, une échographie abdominale est réalisée. Il est possible de distinguer un utérus rempli de liquide. Il est parfois possible de diagnostiquer une métrite sur une radiographie.

Le vétérinaire réalise normalement une analyse sanguine afin de déceler une présence importante de globules blancs, ce qui peut signaler une inflammation et examiner le fonctionnement des autres organes du corps pour voir s’ils sont affectés par la maladie.

Comment soigner une métrite chez une chienne ?

Le traitement le plus fréquent et le plus efficace est la chirurgie, c’est-à-dire l’ablation de l’utérus et des ovaires. C’est le traitement qui est normalement conseillé. Parfois, l’état général de la chienne et sa circulation doivent être stabilisés avant l’intervention à l’aide d’une perfusion et d’un analgésique.

L’opération est comparable à une castration (ovario-hystérectomie). L’intervention est plus compliquée puisque l’utérus est hypertrophié et enflammé. Il existe un risque de perforation lors de la manipulation. Le risque lié à l’anesthésique est aussi augmenté en raison de l’état général détérioré de la chienne. En plus de l’anesthésie lors de l’opération, la chienne est aussi sous perfusion et analgésique.

Suivi post-traitement

Dans des cas sans complication, la chienne peut rentrer à la maison le même jour ou le jour suivant l’opération. Si des complications se produisent, la chienne peut être prise en charge plusieurs jours. Elle peut par exemple présenter des saignements après l’opération, ou elle peut souffrir d’une péritonite si l’utérus fragilisé se rompt avant ou pendant l’opération.

De faibles écoulements et une grande soif peuvent durer pendant 2 à 3 semaines après l’opération. Afin d’éviter que la chienne lèche la plaie, elle peut porter une collerette pendant les 15 premiers jours ou jusqu’au retrait des points qui s’effectue habituellement après 10 à 12 jours. Parfois, les points sont réalisés avec du fil résorbable qui part tout seul.

Traitement médical

Il peut parfois s’avérer nécessaire de suivre un traitement médical pour soigner une métrite. C'est le cas notamment si la chienne ne peut pas être anesthésiée et opérée, ou si elle a une grande valeur reproductrice et le maître souhaite essayer d’avoir des chiots. Afin que le traitement médical fonctionne, la chienne ne doit pas être fortement affectée. Le traitement médical comprend souvent des injections afin que l’utérus se vide et des examens échographiques afin de vérifier que le traitement fonctionne correctement. C’est la raison pour laquelle le traitement médical peut être aussi onéreux que l’intervention chirurgicale.

Métrite après la mise bas

De légères pertes sont normales pendant plusieurs semaines après la mise bas, car le liquide utérin et le placenta sont évacués par l’utérus. Des écoulements de pus ou malodorants peuvent signaler une infection, ainsi que de la fièvre. Dans ces cas, la chienne doit être vue par un vétérinaire.