hypothyroïdie chez le chien

Hypothyroïdie chez le chien

Une insuffisance thyroïdienne ou hypothyroïdie a pour signe un ralentissement du métabolisme.

Informations générales

L’hypothyroïdie est la forme la plus habituelle de perturbation hormonale chez le chien : entre 0,2 et 0,8 % de l’ensemble des chiens en souffre. La thyroïde d’un chien avec une hypothyroïdie produit moins d’hormones métaboliques que la normale.

L’hypothyroïdie peut toucher toutes les races de chien, mais elle est plus courante chez le doberman, le schnauzer, le retriever, l’épagneul, le berger des Shetlands, le setter irlandais et le teckel. En France, la maladie est plus fréquente chez l’Hovawart et le Schnauzer géant.

La maladie est plus fréquente chez les chiens d’âge moyen et élevé, mais elle peut survenir à tout âge. En moyenne, les chiens ont sept ans au moment du diagnostic. Il n’existe aucune différence entre les sexes et le nombre de cas d’hypothyroïdie.

Les causes de l'hypothyroïdie chez le chien

L’hypothyroïdie engendre une réduction de la production des hormones thyroïdiennes T3 et T4. La maladie peut être congénitale ou se déclencher plus tard, c’est-à-dire être acquise. Les chiens souffrant d’hypothyroïdie congénitale sont souvent de petite taille et présentent souvent des troubles du développement selon la cause sous-jacente.

L’hypothyroïdie acquise est plus fréquente et peut être primaire ou secondaire/centrale. Dans le cas de la forme centrale, qui est la plus rare (environ 5 % des patients), la cause sous-jacente est une perturbation de l’hypophyse c’est-à-dire que la sécrétion des hormones qui stimule la thyroïde est entravée. La cause sous-jacente à cette forme de la maladie est le plus souvent une tumeur dans ou à proximité de l’hypophyse. L’hypothyroïdie primaire qui est la plus fréquente est la conséquence d’une atrophie de la thyroïde sans cause évidente ou détruite par une inflammation auto-immune. Il est rare que l’hypothyroïdie primaire soit causée par une tumeur de la glande thyroïde ou après une surdose de sulfamides (un antibiotique).

Les symptômes de l'hypothyroïdie chez le chien

L’hypothyroïdie est une maladie qui se développe sur le long terme et les symptômes apparaissent progressivement. Ils peuvent être non spécifiques et ressembler à d’autres maladies. Avec les symptômes suivants, il est facile de confondre l’hypothyroïdie avec une autre maladie :

D’autres symptômes sont moins spécifiques, comme les symptômes neurologiques, des symptômes musculaires, des perturbations intestinales, des troubles de la reproduction, des douleurs cardiaques et oculaires. Un chien souffrant d’hypothyroïdie peut paraître plus âgé qu’il ne l’est. Contacter le vétérinaire si vous pensez que votre chien souffre d’hypothyroïdie.

Diagnostic

Le vétérinaire effectue un examen clinique du chien et effectue une prise de sang pour établir le diagnostic. Bien que les symptômes soient souvent peu spécifiques, plusieurs prises de sang peuvent éliminer d’autres maladies. Les paramètres sanguins spécifiques à l’hypothyroïdie sont le taux de T4 totale (tT4), le taux de T4 libre (fT4) et le niveau de l’hormone hypophysaire (TSH), c’est-à-dire l’hormone produite par l’hypophyse pour réguler la production des hormones métaboliques. La TSH peut être élevée ou normale en cas d’hypothyroïdie, et la tF4 et fT4 trop basses.

Le diagnostic peut dans certains cas être difficile à établir, même si les analyses sanguines indiquent une hypothyroïdie. Certains médicaments peuvent influencer le taux de fT4 et parfois celui du fT4 ainsi que certaines maladies comme la famine. Les médicaments qui influencent le taux de tT4 et éventuellement de fT4 sont par exemple le prednison (« cortisone »), le phénobarbital et les sulfamidés. Les maladies qui peuvent causer une baisse du taux de T4 sont entre autres le syndrome de Cushing, le diabète, la maladie d’Addison, une insuffisance rénale chronique, une maladie hépatique, une infection ou un cancer.

Le traitement de l'hypothyroïdie chez le chien

Une fois le diagnostic établi, le chien est traité avec des hormones métaboliques sous forme de cachet. Les effets sont visibles au bout de quelques semaines et le rétablissement complet ne se fait qu’au bout de plusieurs semaines ou mois.

Après environ 4 à 8 semaines de traitement, de nouveaux examens sanguins sont effectués et la dose est ajustée le cas échéant. Le traitement est à vie et le patient sera suivi par un vétérinaire qui effectuera de nouveaux examens sanguins 1 à 2 fois par an.