Chat qui boit et urine beaucoup

Chat qui boit et urine beaucoup

La soif accrue s'appelle la polydipsie et la miction accrue la polyurie.

Symptôme de la polyurie et de la polydipsie chez le chat

Une soif accrue est un symptôme relativement commun de la polyurie et de la polydispsie chez les chats âgés. La soif est généralement due à une production augmentée d’urine, c’est-à-dire qu’une trop grande quantité de liquide quitte le corps. Le chat doit alors boire davantage pour compenser la perte de liquide.

Généralement, il est plus facile pour le propriétaire d'un chat de constater que son animal boit plus que d'habitude que de constater que son chat urine plus que d'habitude : de nombreux chats font en effet leurs besoins à l'extérieur, à l'abri des regards.

Les chats boivent en général environ 20 à 50 ml de liquide par kg et par jour. Il convient néanmoins de prendre en compte dans le calcul le type d'alimentation, puisqu'un chat qui est nourri d'aliments secs (croquettes) boit plus qu'un chat qui ne mange que des aliments humides (pâtées).

Cause de la polydipsie chez le chat

Une insuffisance rénale chronique, le diabète et l'hyperactivité de la glande thyroïde (l'hyperthyroïdie) sont les causes les plus courantes d'augmentation de la soif chez le chat. Les autres causes peuvent être des modifications de l'équilibre en sels minéraux sanguins ou des effets secondaires d'un traitement médical.

Comment diagnostique-t-on la polydipsie et la polyurie chez le chat ?

Pour déterminer la raison de l'augmentation de la soif et de la miction, un examen général est nécessaire, incluant l'historique de la maladie et l'examen clinique. Le vétérinaire peut également recourir à des analyses complémentaires (sang, urines,…).

Quand consulter un vétérinaire ?

Il peut être difficile de mesurer la quantité d'eau que boit un chat ou combien de fois il urine, mais si le propriétaire de l'animal s'aperçoit que le chat a une soif ou une miction accrue, ou une modification de son comportement, cela peut suffire pour un motiver un examen clinique. Dans ce cas, n'hésitez pas à contacter votre vétérinaire traitant.